association française des arts et techniques du son
A.R.T.S.

 

 

 

 

Les membres de ARTS connaissent bien cet ampli ,alors pour les autres, un bref rappel des faits .Le premier à se lancer dans sa réalisation fut Serge Darbas ,en 1997, peu après la parution du quatrième bulletin "La schémathèque des amplificateurs de puissance". La note de Rinaldo Bassi accompagnant le schéma était en effet alléchante "Celui-ci est un pur chef d'oeuvre de simplicité et d'efficacité(...)il fut pendant des années l'ampli de référence utilisé pour contrôler la gravure de disques(...)". Cet ampli fut testé au laboratoire de ARTS en Mars 98 , en figure un compte rendu dans le bulletin"les préamplificateurs vol 2" le seul problème ce situait au niveau des transformateurs de sortie ( fréquence de résonance trop basse et saturation du noyau aux fréquences basses !), ils furent remplacés, un peu plus tard par des transformateurs Chrétiens, et tout rentra dans l'ordre.Suivirent ceux de MM Valat et Remacle (avec des transfo. "maison"). Nous devons également à ce dernier le relevé des cotes des châssis d'origine (en rack 19" comme il ce doit pour du matériel de studio...pas terrible dans un salon!).Le dernier (?) Ampex est celui réalisé par Alain Devarenne ,voici la reproduction de sa lettre parue dans notre bulletin de décembre 2000.

 

 

Je me propose de présenter ici une version de l'ampli AMPEX PP UL 6550. Si comme moi c'est votre premier montage ,celui-ci est très simple et "tombera en marche " du premier coup.

Le montage présenté ici est réalisé sur une plaque d'aluminium de 3mm d'épaisseur, découpée puis anodisée, et montée ensuite après assemblage sur un cadre de bois vernis, l'ensemble une fois achevé aura un aspect plus que correct pour un coût ridicule.

Un câblage en l'air a été réalisé, sans aucune plaquette à cosse de reprise.

Les condensateurs internes (16µF) sont fixés à la plaque de base par des plaquettes autocollantes et colliers "ty-rap". Tout le reste du câblage se fait en tirant les fils entre les pattes des composants passifs, les cosses des transformateurs et les supports des lampes.Il ne faut pas plus de quelques heures d'assemblage par bloc.

La ligne de masse est réalisée en fil de cuivre étamé de Diam >2mm. Sa rigidité participe a la stabilité mécanique de l'assemblage final.

Les transformateurs sont réalisés par M. Chrétien*. Leur positionnement a été déterminé par une écoute au casque (principe évoqué dans l'article de Louis Crétien reproduit dans notre bulletin les préampli 4)afin de minimiser l'influence néfaste du transformateur d'alimentation sur celui de sortie. Il en résulte qu'il doivent être éloignés le plus possible l'un de l'autre et que le transformateur d'alimentation doit subir une rotation de 90° tout en restant aligné sur le même axe. On ne constate strictement aucun ronflement sur des enceintes à haut rendement (voix du théâtre)

Je vous laisse désormais explorer le schéma de câblage, c'est mieux qu'un long discours.

Différences par rapport au schéma d'origine:

*M. Chrétien à depuis pris une retraite bien méritée

** Une possibilité chez Spagues les Atom1966 : 20µF/600V ( Ø = 25,4 L = 98,5) attention ce sont des modèles axiauxd' autres chez Antique Electonic supply (consateurs multisections )